Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
iamovitch

Ca Moi et Surmoi : baston ou partouze ?

Publié le 10 Janvier 2007 par iamovitch in Les contes du Père Sigmund

Je m'appelle Ibrahim Abrahamovitch (iamovitch pour les slavophiles).
Je suis né au millénaire dernier quand Pompidou et Luis Mariano respiraient encore.
 
Mon signe astral est Cancer ascendant Cyrrhose.
Je mesure moins de deux mètres et pèse plus en os qu'en mou pour le chat.
 
Je suis un vrai chatain, d'ailleurs je ne me rase jamais le pubis.
 
C'est à l'âge de six ans que se produisit l'évènement traumatisant qui fit de moi un dangereux psychotique recherché en vain par Interpol, la CIA, la DST et le CAC40....
 
A l'époque j'étais au cours préparatoire et je n'avais pas encore eu de liaison durable engageant mon avenir à la Mairie de Sarcelles. A vrai dire j'étais un garçon plutôt timide et sérieux. Je ne jouais même pas au docteur avec les filles dans les lavabos de l'école Sainte Bernadette . Il est vrai qu'il y avait bien des lavabos mais que l'école n'était pas mixte...
 
C'était un de ces doux matins de printemps où le pissenlit insolent s'épanouit dans le renouveau des déchets canins. Assis sagement à mon pupitre j'écoutai la maîtresse s'évertuer à nous apprendre l'orthographe du mot "pourquoi" sans concevoir un futur plein de pk et de lol. J'avais déjà depuis longtemps prémédité mon crime...
 
Je filai deux billes au voisin de la rangée d'à côté. Cela représentait une somme non négligeable pour un fils de prolétaire, mais c'était le tarif. Puis tout alla très vite. Il leva la main et appela l'institutrice. Elle vint à lui d'un pas léger dans un bruissement soyeux qu'on entends plus guère que lors des noces ou des sorties en pompes funèbres. Il pointa quelque chose de tout petit dans son cahier en lui gribouillant une question à peine audible. Elle se pencha pour déchiffrer le sujet. Je fis tomber un crayon. Me baissai aussitôt pour le ramasser. Puis tournai la tête pour regarder sous...
 
C'est là que tout à commencé...Il m'est encore difficile d'évoquer ce souvenir après vingt cinq ans de psychothérapie dont dix en internat...je venais de découvrir l'immonde réalité...je venais de subir une castration subjectivale onto-oedipienne à matrice bi-active d'après ce que j'ai lu dans les pages psycho du Figaro Madame...je venais de prendre conscience de mon intolérable infériorité... : j'étais myope !!
 
Aujourd'hui je porte des verres de contact. Je les garde tard le quatrième samedi du mois en espérant que ma compagne fait semblant de ronfler.   
Commenter cet article